Loïc ABADIE - PORTEFEUILLE ANTI EFFONDREMENT

Se protéger contre un échec possible des politiques énergétiques et monétaires

Miser sur les pays d'avenir et les actifs tangibles

Je crois que tous les investisseurs ont besoin de cultiver désormais dans leur portefeuille une solution pour ne pas être exposé aux problèmes européens et américains

  • Un socialisme rampant, avec une collectivisation de plus en plus grande des économies (dépenses publiques = 57% du PIB en France).
  • Une montée en puissance de mouvements écologistes ayant pour objectif la décroissance et la régression par la privation de ce qui est le moteur de toute civilisation, à savoir l’énergie, et à la mise en place d’un modèle collectiviste destructeur (quota-carbone égalitariste à 2T de CO2 / habitant).
  • Une fuite en avant monétaire de plus en plus grande et de plus en plus rapide, qui conduira à terme à la destruction de la valeur des monnaies de ces pays.
  • Une dégradation générale des valeurs caractéristique d’une société décadente : repentance, insécurité grandissante, laxisme, vision angélique et absurde des « droits de l’homme »…etc.

Se concentrer sur deux grands axes

Le thème de l'énergie et des matières premières

Le thème des pays d'avenir

Le thème de l'énergie et les matières premières

Ces secteurs sont directement liées à la demande mondiale, donc de plus en plus décorrélés des choix des USA et de l’Europe. Les émissions de CO2 de la zone euro et des USA ne représentent plus aujourd’hui que 20% du total mondial : 80% des énergies fossiles aujourd’hui sont consommées hors UE / USA !

L’énergie est le moteur de toutes les civilisations. Et le meilleur moyen de sortir du socialisme rampant euro / US : si des pays décident de se saborder, il y en aura toujours beaucoup d’autres (et toute l’Asie notamment) pour prendre leur place, et tirer vers le haut la demande mondiale en énergie. Investir dans l’énergie, c’est tout simplement investir dans les pays qui gagnent et qui avancent !

Et comme il n’y a pour l’instant pas d’alternative crédible aux énergies fossiles (l’éolien et le solaire, qui sont des énergies intermittentes, ne peuvent les remplacer tant qu’il n’y aura pas de solution de stockage efficace et bon marché), et que ces énergies fossiles sont en bas de cycle, les perspectives à horizon de 5-10 ans du secteur sont brillantes.

Et elles seront d’autant plus brillantes que les politiques monétaires laxistes actuelles vont contribuer à relancer à long terme l’inflation !

Ci dessous le graphique qui affiche le rapport entre le prix des actions pétrolières mondiales et l’indice SP500 américain…nous sommes au tout début d’un long cycle haussier sur le pétrole, après plus de dix ans de déclin !

Les Avantages des Indicateurs de Sentiments

Le petit rebond du secteur pétrolier de 2021-2022 n’est en fait qu’un petit avant-goût de ce qui nous attend dans les années à venir : Sur la décennie 2010, la croissance de la production de pétrole de schiste américain avait bloqué toute hausse des prix.

Mais aujourd’hui cette croissance est bien plus lente, et ne parvient plus à suivre la demande mondiale : l’OPEP reprend donc le contrôle de la situation et des prix.

Mais les énergies fossiles c’est « démodé » et mal vu des grands investisseurs et financeurs me direz-vous, en pleine transition énergétique ?

Cela signifie principalement qu’il sera plus difficile à l’avenir de financer de nouveaux projets pétroliers…ce qui contribuera à raréfier la ressource et à faire monter les prix du pétrole. Cela dit ne vous en faites pas, si les prix montent, les sociétés trouveront toujours des sources de financement !

Bien entendu d’autres matières premières sont stratégiques et je les suis attentivement dans ce portefeuille anti-effondrement : l’uranium, l’or, le gaz naturel, le charbon par exemple (la liste n’est pas limitative).

Pour finir sur ce sujet de l’énergie, choisir des secteurs porteurs et au début d’un cycle haussier ne suffit pas. Je m’efforce d’y ajouter une seconde couche de performance en sélectionnant au sein de chaque secteur les valeurs susceptibles de constituer les meilleures anomalies de marché, d’abord par un filtrage à grande échelle du marché (screening général), puis par une étude manuelle approfondie des résultats obtenus lors du premier filtrage.

Le thème des pays d'avenir

Vous connaissez sans doute ce graphique, montrant les évolutions comparatives du PIB des BRICS comparé à celui du G7. Un investisseur avisé ne peut évidemment ignorer ces changements et se doit de consacrer une part de son patrimoine sur les pays émergents.

Mais se contenter de cette première analyse en achetant un banal ETF « pays émergents » sans aller plus loin est insuffisant, même si c’est un premier pas dans la bonne direction. Ce type d’ETF contient un « piège caché » sous la forme d’une pondération excessive (plus de 45%) sur une zone géopolitiquement à haut risque : Chine – Taïwan. Au détriment d’autres pays à marchés boursiers décotés et attractifs.

D’autre part il y a des économies développées en grande partie décorrélées de l’Europe de l’Ouest et des USA qui contiennent de nombreuses opportunités : par exemple Singapour, ou bien le marché des small-mid caps japonaises qui est le plus grand réservoir au monde de valeurs ultra-décotées.

Les small-mid caps singapouriennes ou japonaises sont en fait souvent directement exposées sur les marchés d’Asie du SE émergente.

Enfin on trouve de tout sur les pays émergents en termes de valorisation.

Des marchés boursiers décotés et très attractifs, comme la Pologne, et des marchés plutôt en haut de cycle et valorisés assez cher comme l’Inde actuellement.

Voici quelques exemples de pays aujourd’hui sous-valorisés par rapport à leur normale historique. Je pourrais ajouter Hong-Kong, mais l’exposition aux valeurs de Hong-Kong doit rester modérée à cause du risque géopolitique.

La démarche que je vous propose ici est là aussi à deux niveaux :

  • Sélectionner des marchés en bas de cycle et décotés, le moins corrélés possible à la conjoncture des USA et de l’Europe de l’Ouest.
  • A l’intérieur de ces marchés, sélectionner des entreprises en bonne santé qui sont encore plus sous-évaluées.

A titre d’exemple, voici les résultats que j’ai obtenu en passant au crible (grâce à un robot de filtrage financier appelé « screener ») plusieurs marchés, avec les critères très simples suivants pour trouver des valeurs décotées :

  • Valeur d’entreprise / EBITDA < 7

  • Capitalisation / capitaux propres tangibles < 1

  • Variation du cours sur un an > -5% (pour écarter les titres en réelle tendance baissière)

De ce tableau on peut retirer plusieurs enseignements :

  • En sortant de la France, on passe de 12 résultats à près de 1000. On multiplie donc les opportunités d’investissement « value » par environ 80 !

  • Les USA, pourtant le plus gros marché au monde de très loin, ne donnent que moins de 0,5% de résultats positifs au screener, alors que la Pologne en donne 6% et le Japon 20%.

Avec un ratio aussi faible, les valeurs décotées américaines ont de fortes chances d’avoir des problèmes financiers annexes qui justifient leur décote. Alors qu’avec des taux de succès de plus de 5%, il y a de fortes probabilités de trouver de réelles anomalies de marché à exploiter, dans un contexte de marché globalement décoté.

Bien entendu dans mon travail de sélection je ne me contente pas d’un filtrage mécanique simple de ce type : je vérifie ensuite chaque dossier pour effectuer une seconde sélection.

Mais ce tableau illustre bien à quel point il est essentiel aujourd’hui d’aller au delà du simple marché français pour profiter des meilleures opportunités en bourse et obtenir les meilleures performances, tout en s’éloignant du risque associé au collectivisme rampant de l’Europe de l’Ouest et des USA.

Notez bien que ma démarche n’est en aucun cas dogmatique : il y a de bonnes valeurs sur le marché français (qui peuvent aussi avoir une forte exposition aux marchés émergents ou opérer presque entièrement là bas). Elles ne seront évidemment pas exclues du portefeuille « anti-effondrement » sous le seul prétexte absurde qu’elles seraient cotées à Paris !

Rappel sur ce que je fais et ce que je ne fais pas

Ce que je ne sais pas faire

Jouer à court terme

Je n’ai aucune expertise et aucune prétention dans le domaine où plus de 95% des acteurs perdent de l’argent au profit des courtiers et des banques spécialisées : les systèmes de day trading ou les stratégies à court terme !

Spéculer sans fondamentaux derrière

Je n'aime pas utiliser une méthode basée sur la seule analyse graphique d’indices ou de valeurs : j’ai pour habitude de ne jamais investir dans un actif si il est trop cher sur le plan fondamental, même si le graphique est « parfait ». Acheter quelque chose juste parce que « ça a monté et ça devrait continuer » et suivre un flot d’investisseurs engagés dans une bulle spéculative n’est pas dans mes habitudes.

"Quand" est le point le plus important

Je vous apporte surtout le timing d'entrée et de sortie de mes positions sur ma sélection de supports. Je réponds donc aux problématiques suivantes :

  • Qu'est ce qui se passe en cas de marchés baissiers sur la valeur ou l'indice  ?
  • Dois je renforcer, alléger, couper ?
  • Quand est ce que j'achète ?
  • A quel prix ?
  • Quand prendre les bénéfices ?
  • Combien de temps je garde la position ?
  • A quel horizon j'investis ?

Pour le Portefeuille Anti Effondrement, j’ai été très sélectif, avec une démarche « value » pure et dure, basée sur la recherche de vraies anomalies de marché, et de valeurs franchement décotées sur la quasi-totalité des ratios financiers essentiels.

Je fais le point tous les deux mois avec la mise à jour de tous les ratios. 

Je vous rappelle que  la lettre « boostez votre PEA » est déjà là pour vous proposer des stratégies baissières (ou haussières). Portefeuille Anti Effondrement du Socialisme est vraiment destiné à ceux qui veulent investir à long terme sur les thèmes que j’ai développés dans cette page.

Portefeuille Anti Effondrement

Je m'abonne pour un an à Portefeuille Anti Effondrement au prix de 95€

Jugez moi avec le bon critère !

Concrétiser le rendement d'une épargne à long terme et développer son capital

3 trades et puis fini ???

Si vous me jugez sur 2 ou 3 positions (qui se mettent à perdre pendant 3 mois) et que vous êtes déçus, je souhaiterais vous répondre que j'ai fait passer mon PEA de 50.000 à 800.000 euros à long terme. La bourse peut être vu comme un sprint. Perso, je suis plutôt dans le style course de fond. Je n'avance pas vite, mais les années passant, j'avance quand même pas mal du tout au final ! Si vous cherchez des performances à court terme, avec beaucoup d'ordres et des idées permanentes, je ne suis pas votre bon partenaire. Il faut être patient dans le cadre de l'investissement et plus réfléchir à la bourse comme un placement immobilier.

Portefeuille Anti Effondrement

Je m'abonne pour un an à Portefeuille Anti Effondrement au prix de 95€