Loïc ABADIE - BOOSTEZ votre Portefeuille PEA

Investir son argent à long terme quelques soient les cycles économiques - rejoindre 500 clients fideles abonnés depuis 2012 !

Hello c'est Loïc

Je suis né en 1973, ai exercé en tant qu’enseignant pendant vingt ans (en REP) avant de me consacrer plus entièrement à la bourse (et à de nombreux loisirs de pleine nature et voyages associés !).

J’ai aussi une formation d’ingénieur en sciences de la vie (Agroparistech), spécialisé en économie de l’entreprise, qui m’a conduit à gérer avec succès, en simple épargnant amateur, un PEA en bourse qui a fini par représenter le plus gros de mon patrimoine. Il m’a permis, avec un apport initial de 37000€ en 2003, de générer 950 000€.

J’ai effectué quelques retraits, pour investir dans une startup de drones dont le parcours reste passionnant à suivre aujourd’hui, me constituer une « assurance-or » en Asie et acheter un terrain pour construire ma résidence principale. Mais ce PEA représente toujours aujourd’hui la plus grosse partie de mon patrimoine !

Pourquoi gérer par vous même votre PEA plutôt que de le confier à des professionnels de la gestion de fonds ?

Les données d’études de SPIVA sur le long terme sont claires : plus de 92% des fonds sous-performent les grands indices européens (l’indice S&P 350 plus précisément). Aux USA, c’est la même chose face au SP500.

Problème : cet indice S&P350 (qui a fait pourtant mieux que 92% des fonds de gestion !) a réalisé un rendement annualisé de seulement 3,12% sur les dix dernières années. Et ce dans une conjoncture boursière qui, depuis 2013 a été majoritairement haussière et favorable (à l’exception de 2020).

Alors est-ce que avoir 92% de chances de faire moins que 3,1% sur le long terme en bourse est une perspective acceptable pour vous ?

Est-ce que vous n’êtes pas en droit de viser (beaucoup) mieux ?

Le problème n’est pas que les gérants de fonds sont « mauvais ». Ils doivent juste faire face à quatre handicaps sévères. Que vous n’aurez pas à subir en tant qu’investisseur en direct.

arrow
  • Les frais de gestion (entre 1,5 et 2% en moyenne) qui viennent gréver la performance générale de l’investissement
  • L’impossibilité, dès que le fonds atteint une certaine taille, d’investir sur les petites capitalisations par manque de liquidité. Et ces petites capitalisations sont justement le secteur qui offre sur le long terme le plus de croissance et de rémunération
  • Des contraintes règlementaires (par exemple un fonds actions doit rester en grande partie investi pour respecter les règles de sa « catégorie », même si un marché baissier s’annonce et que le gérant le sait)
  • Le comportement des investisseurs du fond, qui n’ont souvent aucune expérience des marchés, et vont paniquer à chaque crise (ou s’enthousiasmer à chaque excès du marché). Résultat : le gérant doit vendre au pire moment pour rembourser les investisseurs qui souhaitent sortir, ou acheter au plus haut du marché parce qu’un grand nombre d’investisseurs demande à ce moment à investir dans le fonds

En gérant votre PEA par vous-même, vous allez vous libérer de toutes ces contraintes

Investisseur value

Je suis un investisseur à profil « value » pur selon la maxime de Warren Buffet « Price is what you pay, value is what you get ». Je privilégie avant tout les valeurs qui sont pricées par le marché en dessous de la valeur réelle.

Estimer la valeur d’une entreprise à un instant T est une chose relativement simple à partir de l’étude de ses bilans comptables. C’est une chose beaucoup moins aléatoire que de chercher à imaginer ce que pourrait devenir une entreprise dans cinq ou dix ans et d’acheter en misant sur un futur très incertain !

Les petites et moyennes capitalisations

Je regarde donc toujours la situation présente et passée d’une entreprise (et les anomalies de valeur par rapport à cette situation) avant de chercher à spéculer sur un futur lointain et incertain. En faisant cela, je diminue fortement le risque pris sur mes positions, sans diminuer pour autant le potentiel de gain associé aux anomalies de valorisation !

Ensuite je privilégie les petites et moyennes capitalisations (en combinant avec l’approche value). Parce que l’historique de long terme montre que c’est la stratégie qui offre les meilleurs résultats, en particulier en Europe

Ma méthode

Ma méthode de sélection de valeurs combine une approche « industrielle » à grande échelle et une analyse « fait main » approfondie ensuite :

Je commence donc par des « screenings » portant sur des milliers de valeurs, à l’aide d’outils automatisés qui vont me donner quelques dizaines de « candidats » à l’investissement à partir de critères financiers que j’ai choisis (pour leur performance).

Ensuite j’étudie manuellement et en détail les candidats issus des outils automatisés pour trouver les entreprises qui me semblent offrir le plus de potentiel tout en ayant un risque raisonnable.

Au départ j’étais focalisé sur les seules valeurs françaises, trouvant dans les années 2000 suffisamment de pépites pour « remplir » mon portefeuille.

Puis au fil des ans, et avec la dégradation de l’environnement économique et social en cours (endettement, fiscalité et autres problèmes) en France et en Europe de l’Ouest, j’ai été amené à m’intéresser en complément à d’autres pays d’Europe. Y compris les pays d’Europe de l’est comme la Pologne, qui offrent actuellement le meilleur potentiel et sont parmi les marchés les moins chers et les plus décotés du monde. Ces pays sont aussi éligibles au PEA et on aurait tort de se priver de leur potentiel !

Valorisations comparées des marchés US, Europe, France et Pologne (août 2023). La Pologne est de loin le moins cher, malgré un meilleur potentiel.Source : Barclays Bank

Lettre mensuelle BOOSTEZ VOTRE PEA

Je m'abonne 1 an au prix de 135€

Ce que je vous propose

A ses débuts, je proposais dans la lettre « boostez votre PEA » simplement de suivre les mouvements (achat et vente) que je faisais sur mon propre PEA initial, axé sur les valeurs françaises.

Vous pourrez bien sûr toujours suivre aujourd’hui les mouvements que je fais dans ce portefeuille que je continue à gérer avec passion.

Mais au fil des ans j’ai beaucoup enrichi le contenu cette lettre, qui est maintenant bien plus qu’un simple « portefeuille ».

Situation macro économique

Une vidéo d’analyse sur la situation macro-économique, pour savoir où nous en sommes dans le cycle économique, être prévenu à temps de l’arrivée d’une récession (pour ne pas avoir à subir passivement l’impact d’un marché baissier) ou du démarrage de nouveaux cycles haussiers

 

Un point sur les marchés

Situation des grands indices, des marchés de l’énergie, de l’or et de la parité euro / dollar

Reporting

Une vidéo de reporting pour faire le point sur les valeurs que je suis et détiens dans mes portefeuilles. J’y explique aussi mes choix et décisions d’achat et de vente sur chaque valeur

2 Portefeuilles

Le descriptif et le suivi complet de deux portefeuille différents et complémentaires :

Un portefeuille « défensif » que je gère pour l’instant sur boursorama, principalement centré sur les valeurs françaises.

Un portefeuille « offensif » qui vous proposera d’investir à la fois sur des valeurs françaises mais aussi et surtout sur d’autres valeurs européennes, comprenant notamment le marché polonais sur lequel on trouve de grosses opportunités. Ce portefeuille offensif, que j’ai créé en mai 2020 gagnait en octobre 2023 déjà 170% depuis sa création !

DES BONUS

Un dossier pdf « actualité des small caps » dans lequel je commente les publications d’autres valeurs que je suis en complément, avec des idées d’investissement supplémentaires (opportunités fondamentales et / ou graphiques)

Des alertes à chaque opération que je réalise sur mes portefeuilles.

Et même un dossier « bonus » au premier trimestre de chaque année dans lequel vous trouverez une série d’idées d’investissement complémentaires pour bien aborder l’année.

Lettre mensuelle BOOSTEZ VOTRE PEA

Je m'abonne 1 an au prix de 135€

Concrétiser le rendement d'une épargne à long terme et développer son capital

Est ce que je vends à une élite ou je démocratise ?

Un tel service d’analyse des marchés et de suivi de portefeuilles vous serait certainement proposé au prix fort sur de nombreux sites. 800, 1000€ par an, voire même beaucoup plus !

J’ai fait un choix différent, pour que cette lettre « boostez votre PEA » soit à un prix abordable pour presque tous les portefeuilles. Et elle vous coûtera en fait moins de 15€ par mois !

L'avantage fiscal du PEA est il essentiel ?

Du simple au double

La fiscalité des actions hors PEA, à savoir en France la flat tax de 30%, ne semble pas à première vue extraordinairement plus élevée que les 17,2% de prélèvements sociaux qui sont prélevés à la clôture ou sur les retraits d’un compte PEA.

En fait il y a une énorme différence : la fiscalité du PEA est de zéro tant que vous ne faites pas de retraits, vous permettant de faire jouer à plein les intérêts composés. Alors que hors PEA vous serez imposé à 30% de multiples fois sur chacune de vos plus-value.

Voici le résultat d’une simulation comparant un placement en PEA (avec un rendement de 15% brut, c’est au moins ce qu’on devrait viser en bourse sur le long terme !) et un placement hors PEA (à 15% brut également).
Au bout de vingt ans la différence va presque du simple au double !

Boostez la performance de votre PEA !

Je m'abonne pour un an à la lettre PEA de Loïc Abadie

Ce que vous ne trouverez pas dans cette lettre PEA

Ni trading, ni idées à la mode

Ce n’est pas un service de trading de court terme destiné aux investisseurs qui veulent multiplier les trades et être présents à tout instant sur les marchés. La lettre « boostez votre PEA » est avant tout destinée aux investisseurs de long terme, qui ne veulent pas avoir à multiplier les opérations.

Ce n’est pas une lettre qui traitera des secteurs très à la mode : Hydrogène, biotechs, intelligence artificielle…Autant de noms qui font rêver les investisseurs qui seront ensuite prêts à acheter ces rêves à n’importe quel prix sur les marchés.

Comme je vous l’ai dit, je préfère acheter une valeur « traditionnelle » mais que je comprends bien, qui est rentable et à un prix bradé que surpayer un rêve sur un futur aléatoire et impossible à évaluer sur le plan financier.
La bourse n’est pas un casino pour moi. Vu que plus de 70% de mon patrimoine global est investi en bourse, je n’ai pas trop le droit à l’erreur.

« I have skin in the game » pour reprendre le titre d’un livre de Nicolas Nassim Taleb !

Avis des clients vidéos